Will Amos

Votre député de


Pontiac

Will Amos

Votre député de


Pontiac

Menu

Gardiens de territoire autochtones

Il y a un an ce mois-ci, la Commission de vérité et réconciliation du Canada publiait son rapport final. On y décrivait entre autres les déchirements causée par les pensionnats et les écarts persistant entre les Autochtones et les non-Autochtones en matière d’éducation et de prospérité. Le premier ministre Trudeau avait vanté le rapport, déclarant que nous vivions une période de changements réels et positifs et qu’un renouvellement total de la relation entre le Canada et les Autochtones était nécessaire.

On a pris des mesures initiales depuis, mais on se demande toujours comment assurer ce renouvellement et à quoi ressemble une relation rétablie.  

Cette année, l’Initiative sur le leadership autochtone a présenté l’une des plus puissantes manifestations de ce renouvellement, soit le Réseau national des gardiens autochtones. Il s’agit d’un plan visant à habiliter les Autochtones à gérer leur territoire, à inspirer les jeunes et à renforcer les communautés.  

Ce plan favorisera la santé des forêts et des eaux côtières, en plus de donner de l’espoir et des possibilités d’emploi aux jeunes. Les Premières Nations et le Canada se rencontrent à titre de partenaires qui se respectent l’un l’autre. Ce sont les bases d’une relation dont tous les Canadiens peuvent être fiers.  

Voilà pourquoi plus de 50 députés représentant tous les partis ont écrit récemment au ministre des Finances, Bill Morneau, pour exhorter le gouvernement à financer le Réseau national des gardiens autochtones dans le prochain budget fédéral. C’était une manifestation inhabituelle d’appui de tous les partis en pleine période du budget, mais tous les députés s’entendent pour dire que les investissements donneront des avantages majeurs.  

L’idée du Réseau est venue d’une réussite sur le terrain. Dans près de 30 communautés à travers le pays, de Haida Gwaii à la nation innue, des gardiens de territoire autochtones surveillent déjà les zones protégées, étudient la santé de la faune et surveillent les projets de développement. Ils aident les communautés à décider comment gérer leur territoire conformément à la science occidentale et aux valeurs traditionnelles. Ils encouragent aussi le dialogue entre les Premières nations, l’industrie et le gouvernement.

En prenant soin de leur territoire, les communautés sont renforcées de diverses façons. Une analyse récente menée par les Territoires du Nord-Ouest montre que pour chaque dollar investi, les programmes de gardiens autochtones rapportent 2,50 $ en avantages sociaux, économiques et environnementaux. Les gardiens ont aidé notamment à améliorer la surveillance de la qualité de l’eau et à inculquer un sentiment d’utilité aux jeunes Autochtones lié à leur culture et aux connaissances de leurs ancêtres. Avec un financement soutenu, chaque dollar investi pourrait rapporter 3,70 $.  

Nous pouvons générer les mêmes résultats dans l’ensemble du Canada, y compris sur les terres traditionnelles des Algonquins dans ma circonscription de Pontiac, et ainsi réaliser quelque chose d’encore plus grand.

En finançant le Réseau national des gardiens autochtones, le gouvernement fédéral pourrait offrir ces avantages à plus de 200 communautés. Cette approche nationale a d’ailleurs fonctionné en Australie, qui a investi plus de 580 millions de dollars depuis 2007 pour créer un réseau de 109 groupes de gardiens autochtones. Les équipes de gardiens misent sur la science occidentale et sur les connaissances écologiques autochtones pour gérer plus 1,7 million de kilomètres carrés de terre et de mer.  

Les avantages du travail des gardiens vont bien au-delà de l’environnement. Des chercheurs ont constaté une augmentation des emplois et de l’impôt sur le revenu, une amélioration de la santé publique et une diminution de la violence familiale et des autres crimes dans les communautés où un programme de gardiens a été instauré. Les programmes inspirent aussi une confiance accrue et un sentiment de bien-être aux Autochtones. Des études récentes menées pour le compte du premier ministre de l’Australie et le conseil des ministres démontrent que chaque dollar investi dans les gardiens rapporte 3 $ en avantages sociaux, économiques et culturels.

Nous pouvons générer les mêmes résultats dans l’ensemble du Canada et réaliser quelque chose d’encore plus grand. En permettant aux communautés autochtones de gérer leur propre territoire, nous nous approchons de la relation de nation à nation préconisée par le premier ministre Trudeau.  

C’est le temps d’agir. Un investissement dans le Réseau national des gardiens autochtones est exactement le genre d’engagement ambitieux dont nous avons besoin. Les interactions entre le Canada et les Premières nations seront ainsi transformées, et la relation émergente renforcera l’ensemble du pays.

– Will Amos est le député libéral de la circonscription de Pontiac, au Québec.